Réfugiés Syriens - La Vague Blanche
16255
single,single-portfolio_page,postid-16255,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
Category
Nancy

Réfugiés Syriens

Pour ce projet, j’ai orienté mes recherches vers la peinture traditionnelle dans l’histoire en utilisant les genres en peintures. La série comporte 5 toiles issues de la même thématique (les Syriens) comprenant ; la peinture d’histoire, le portrait, le paysage, la scène de genre et la nature morte. Les sujets abordent la fragilité humaine, la guerre, la vieillesse, la pauvreté, la perte, le déracinement, etc. Le fil conducteur pour la série est les réfugiés syriens et leur situation tragique. Pour chacune de mes toiles, je me suis inspirée d’images médiatisées sur le web sur les réfugiés syriens. Leurs histoires me touchent beaucoup et c’est pour cette raison que j’ai choisi de les représenter.

Aux frontières du réel, canons d’eau contre les réfugiés syriens (2014),                                                             2016, acrylique sur toile marouflée sur panneau de bois, 74.93 x 124.46 cm

L’oeuvre est une peinture historique, figurative et narrative. L’image résulte d’une photographie provenant des médias qui révèle les conditions tragiques que vivent les réfugiés syriens. Pour traduire l’image, j’ai privilégié une gestuelle spontanée, expressive et dynamique avec l’intention de véhiculer la noirceur qui émane de mes émotions. L’immoralité et la violence du sujet nous informent de la situation dramatique à laquelle les victimes font face. Le choix de couleurs terre, grisaille et monochromie appliquée avec de gros pinceaux et en frottis rendent la scène plus réaliste et du coup crée une proximité avec les réfugiés. De même, pour le choix de grand format du support qui permet une plus grande liberté d’expression et accentue ce rapprochement. Pour terminer, une touche de couleur vive qui crée une tension colorée et un contraste entraine un équilibre la composition.

 

Femme syrienne, 2016 acryliques sur toile, 60.96 x 76.2 cm

Pour le portrait, j’ai choisi la représentation classique le choix du fond foncé et par l’utilisation de couleurs sombres qui mettent en valeur l’aspect sinistre. L’œuvre incarne le portrait d’une femme syrienne âgée qui par les traces laissées dans son visage révèle son vécue. Mon intention pour Femme syrienne est de faire un portrait à la manière du portrait classique, dont le but était d’immortalisée son sujet.

 

Femme et enfants syriens, 2016, acrylique sur toile, 60.96 x 76.2 cm

La scène de genre aborde le quotidien d’une mère et son fils syriens vivants dans les montagnes. Figurative et narrative, la toile décrit un bref instant de leur mode de vie nomade. Pour ce projet, l’utilisation de couleurs vibrantes qui accentue le drapé de la femme ainsi qu’une gestuelle expressive qui apporte du mouvement.

 

Ville fantôme, 2016, diptyque, acrylique sur toile, 38.1 x 76.2 cm

Le paysage urbain témoigne la perte et le déracinement des réfugiés syriens. Une ville dévastée par les ravages de la guerre nous laisse à voir de la désolation. Une ville fantôme qui résulte de la destruction et de l’abandon laissés en héritage par cette tragédie. Mon intention pour ce projet est de créer un environnement hostile qui a causé l’évacuation de ses citoyens. Faire ressentir les dommages collatéraux causés par les hommes.

 

Paradoxe, 2016, acrylique et aquarelle sur toile, 30.48 x 30.48 cm

La nature morte, j’ai voulu pour ce travail faire un clin d’œil à l’œuvre (Aux frontières du réel,                                           canons d’eau contre les réfugiés syriens, 2014). l’image d’un robinet cadenassé symbolisant l’inaccessibilité à l’eau potable qui fait écho aux canons d’eau avec lesquels les Syriens ont été aspergés. Paradoxe provient de l’ironie du sort des Syriens qui n’avaient plus accès à l’eau potable et qui par la suite se faisaient chasser par les canons d’eau.